Les initiatives > Autres thématiques > Bretagne

Un masque facial intégral de snorkeling adapté pour protéger les professionnels de réanimation lors de gestes critiques sur les patients atteints ou suspects de COVID-19

Université de Bretagne Occidentale

Contexte : Un consortium s’est constitué afin de développer et de produire, en urgence et à grande échelle, un accessoire d’équipement de protection individuelle destiné aux professionnels de la réanimation en milieu hospitalier, en relais des initiatives à base d’impression 3D popularisées sur Internet.

 

Objectif : Initiée à l’Université de Stanford par l’équipe du Professeur Prakash, cette solution open source est un adaptateur pour filtres antiviraux qui se fixe aux masques de snorkeling EasyBreath.
Le masque est destiné à être porté au quotidien par le personnel soignant des services de réanimation devant réaliser des gestes à haut risque chez des patients confirmés ou suspects COVID-19, Il est conçu pour protéger des utilisateurs sains, formés aux procédures opérationnelles standardisées et ayant accès aux méthodes de nettoyage et désinfection standardisées utilisées dans le milieu hospitalier.
Cet équipement de protection individuelle doit être exclusivement utilisé dans les hôpitaux maîtrisant les bonnes pratiques d’entretien du matériel utilisé dans les services de réanimation ou apparentés. L’utilisation de cet équipement s’inscrit dans le contexte spécifique du COVID-19 et ne sera applicable que pour la durée de la pandémie.

 

Le masque est un équipement de protection individuelle qui protège son utilisateur lorsqu’il est en contact avec des personnes confirmées ou suspectées de contamination par le COVID-19. Il s’agit d’une solution dégradée par rapport au masque FPP2 car il ne filtre pas l’air expiré sortant de la valve du menton du masque[1] . Ce masque doit être utilisé uniquement par le personnel soignant des services de réanimation pour des gestes à haut risques d’aérosolisation sur des patients confirmés ou suspects COVID-19, afin de protéger l’utilisateur contre le transfert de micro-organismes, de fluides corporels et de particules. L’équipement est destiné à être un substitut réutilisable au masque FFP2 lorsqu'il n'existe aucun autre moyen de protection approprié.
La structure du masque n’est pas modifiée. Le tuba qui permet à l’air de pénétrer dans le masque est remplacé par un adaptateur qui relie de manière étanche un filtre antiviral/antibactérien, disponible dans les hôpitaux à l’arrivée d’air du masque
Cet adaptateur est la pièce nouvelle qui a été testée et qui est actuellement en cours de production dans l’usine de BIC en Bretagne.

D’autres dispositifs associés à l’usage du masque en milieu hospitalier sont en cours de développement et de test (https://wikifactory.com/+uboopenfactory/pneumask-covid19)
Notre participation à ce projet a été financé par la Région Bretagne.

 

Indicateur(s) d’atteinte de ces objectifs : Le premier objectif était l’autorisation d’usage du masque par l’ANSM et le ministère de la santé. Ce premier objectif a été atteint. L’ANSM et le ministère de la santé ont donné leur accord.
Le deuxième objectif est l’appropriation du masque en milieu hospitalier en France puis dans d’autres pays. Ce premier objectif est atteint à Brest puisqu’il est déjà utilisé suite à l’autorisation. La solution est en cours de distribution dans les hôpitaux français et des discussions sont en cours dans d’autres pays. L’indicateur principal sera donc le nombre d’hôpitaux à utiliser le masque.

 

Partenaire : Stanford University USA; Plankton Planet; CNRS; la Fondation Tara Océan; CHRU de Brest; Centre Hospitalier Saint-Malo; Sorbonne Université; Hôpital Armand-Trousseau AP-HP; Atelier PontonZ; UBO Open Factory; Evanov; Decathlon; BIC; Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne; Elliptika; FM Logistic

 

En savoir plus

Yves QUÉRÉ

  Université de Bretagne Occidentale